Médecine familiale Patients auto-médication pour PMS

Patients auto-médication pour PMS

Les pharmaciens sont la «source la moins probable d’informations et de recommandations sur le produit» pour le syndrome prémenstruel, suggère une nouvelle étude.

L’étude pilote australienne, publiée dans le Journal of Pharmacy Practice and Research, a révélé que les patientes choisissaient de se soigner elles-mêmes ou de demander conseil auprès de la famille et des amis.

Les résultats suggèrent également que les pharmaciens pourraient ne pas être perçus comme des fournisseurs d’informations pour le syndrome prémenstruel et que d’autres études étaient nécessaires pour étudier cette perception potentielle antihistaminique h1.

Les chercheurs ont distribué une enquête de 10 questions auprès de neuf pharmacies communautaires à Darwin et à Palmerston pour une période de trois semaines ou de six semaines entre juillet et octobre 2012.

Seulement 22% des 45 personnes qui ont retourné les questionnaires ont déclaré avoir reçu une recommandation d’un pharmacien.

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) les plus couramment utilisés étaient les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) à 83%.

Les auteurs ont exprimé une certaine surprise que les pharmaciens ne semblent pas jouer un rôle majeur dans la recommandation du produit PMS, “considérant que tous les cinq produits pourraient être achetés dans une pharmacie communautaire sans ordonnance”.

En outre, les auteurs ont reconnu la petite taille de l’échantillon et le faible taux de réponse de l’étude, mais ont déclaré que les résultats fournissaient une justification pour de futures recherches dans ce domaine.

“Le syndrome prémenstruel est une condition sans outil universel pour le diagnostic”, ont écrit les auteurs.

«Cette étude souligne la nécessité d’encourager davantage de femmes à consulter les pharmaciens en ce qui concerne le soulagement des symptômes du syndrome prémenstruel, plutôt que de s’auto-soigner ou de prendre conseil auprès d’un ami.»