Rhumatologie Les spécialistes des os font campagne contre le vit D pour l’ostéoporose

Les spécialistes des os font campagne contre le vit D pour l’ostéoporose

Offrir de la vitamine D pour l’ostéoporose est l’une des cinq nouvelles recommandations pour la santé des os de la Société australienne et néo-zélandaise des os et des minéraux (ANZBMS) levitraprix.net.

Le projet de liste a été établi pour le programme EVOLVE, géré sous les auspices du Royal Australasian College of Physicians, à travers lequel les organismes spécialisés compilent leurs cinq premières interventions et pratiques cliniques de faible valeur.

Il fait partie de la campagne plus vaste de Choisir avec soin contre les interventions inefficaces, surutilisées ou inappropriées, lancée par NPS MedicineWise en mai 2015.

Les listes précédentes portaient sur des interventions à faible valeur identifiées par les collèges représentant les spécialistes de la pathologie, de la médecine d’urgence, de la radiologie, de la gastro-entérologie et des allergies.

Les recommandations sont:

Ne pas prescrire de calcium ou de vitamine D seul ou en association comme traitement de l’ostéoporose ou de la prévention des fractures.

Ne pas dépister la carence en vitamine D chez les individus à faible risque ou pour les indications non squelettiques et ne pas prescrire de vitamine D pour les indications non squelettiques.

Ne recommandez pas les stéroïdes anabolisants pour la prévention des fractures dans l’ostéoporose, sauf chez les hommes déficients en androgènes.

Ne pas organiser l’imagerie des glandes parathyroïdes (soit par échographie et / ou balayage sestamibi) pour les personnes atteintes d’hyperparathyroïdie primaire jusqu’à ce qu’il ait été décidé qu’une prise en charge chirurgicale (parathyroïdectomie) est indiquée.

Ne prescrivez pas systématiquement le calcitriol comme traitement de l’ostéoporose postménopausique.

Les recommandations proposées seront distribuées aux membres de l’Australian Rheumatology Association et de la Endocrine Society pour commentaires avant publication.

L’ANZBMS dit qu’il n’a pas inclus de recommandations sur la densitométrie osseuse en raison de la «politique» qui entoure actuellement l’intervention.