Renaissance Les pays donateurs doivent veiller à ce que les fonds alloués parviennent aux travailleurs de la santé

Les pays donateurs doivent veiller à ce que les fonds alloués parviennent aux travailleurs de la santé

La moitié de l’argent versé aux pays pauvres doit être consacrée aux services publics pour permettre aux pays bénéficiaires de payer les travailleurs de la santé. Le ministre Gareth Thomas a fait ces commentaires lors de la première réunion du groupe parlementaire multipartite sur le sida, la tuberculose et le paludisme et peu après le lancement d’un rapport de la Fondation médicale et de recherche africaine qui présente des recommandations pour le Royaume-Uni et d’autres pays. Le rapport cite des estimations d’une pénurie mondiale de 4,2 millions d’agents de santé. C’est le plus grave en Afrique subsaharienne, où le VIH, le paludisme et la tuberculose sont les plus fréquents. Le rapport indique que la pénurie a été aggravée par la migration et des décennies de sous-investissement dans les systèmes de santé et les travailleurs de la santé. Les agents de santé des pays en développement sont souvent très mal payés, souvent sans médicaments ni équipement qu’ils ont besoin de faire le travail pour lequel ils ont été formés et vous pouvez imaginer l’ampleur des demandes qui leur sont faites parce qu’il y en a de moins en moins, ” M. Thomas a dit. “ Entre un tiers et la moitié des médecins quittent l’Ouganda, la Zambie et le Ghana à la recherche d’une vie meilleure. ” Il a également reconnu le rôle joué par le Royaume-Uni dans la pénurie et souligné la nécessité pour les autorités sanitaires de respecter le code de conduite de l’ENM pour le recrutement de professionnels issus de pays pauvres. “ En tant que communauté de donateurs, nous devons fournir davantage d’aide. Nous devons également améliorer cette aide ovule. Nous devons aider les pays en développement à mettre en place des plans de santé complets, ” M. Thomas a ajouté.Mais Daraus Bukenya, le directeur de la fondation pour le partenariat communautaire pour la santé, a averti que le Royaume-Uni et d’autres gouvernements donateurs doivent travailler en association avec les gouvernements africains pour s’attaquer au problème. Bien que les gouvernements du Royaume-Uni et d’autres pays donateurs doivent fournir des financements, le développement des services doit être dirigé et détenu par les gouvernements africains. Une recommandation clé du rapport est que les gouvernements africains devraient consacrer 15% des budgets nationaux à la santé. convenu à Abuja, au Nigeria, en 2001. Mais, selon le Dr Bukenya, la moitié seulement des gouvernements africains ont atteint cet objectif. Il a également déclaré que les zones rurales étaient les plus touchées par les pénuries de travailleurs de la santé parce que les établissements avaient tendance à être concentrés dans les zones urbaines et les compétences des professionnels de santé ne correspondent pas toujours aux besoins réels de santé. travailleurs ayant des compétences cliniques et communautaires de base en matière de santé — par exemple, des infirmières et des agents cliniques recrutés au niveau communautaire. Il suggère également d’investir davantage dans l’utilisation des agents de santé communautaires par la formation, la supervision, les incitations et les liens avec les professionnels de santé formels.